EXPOSITION PHOTOS "Tanger: Esprit des Lieux" de Jean-Pierre LOUBAT

Publié le par librairielesinsolites.tanger

 

 

 

VERNISSAGE DE L'EXPOSITION

 

TANGER: ESPRIT DES LIEUX

 

Le Vendredi 12 novembre 2010 à partir de 19h00

 

de Jean-Pierre Loubat

 

Présentation: (sous réserve) du livre co-réalisé avec Stéphanie Gaou-Bernard "TRACEUR DE LUMIERES" (auteur du récit)

 

A découvrir jusqu'au 12 décembre 2010 @ la librairie les insolites.

 

invitation2_Page_1.jpg

 

invitation2_Page_2.jpg

 

 

 

 

 

 

A PROPOS DE JEAN-PIERRE LOUBAT

 

 

L’on connaît l’adage de Rodin « C’est l’artiste qui est véridique et c’est la photo qui est menteuse. Car dans la réalité le temps ne s’arrête pas ».S’il est vrai que la photographie, ce nouveau média, pouvait « faire la pige » à la peinture et à la sculpture au 19ème siècle, que dira t’on du cinéma et de la vidéo aux 20 et 21ème siècles, car c’est bien du réel dont il s’agit et le temps garde son mouvement. […] Contrairement à certains de ses contemporains, Jean-Pierre garde l’intime noir et blanc à nos dimensions les plus humaines. Loin des grandiloquences pseudo picturales, la nature se pose devant nous comme un regard intérieur. C’est une invitation : toucher les murs de ces ruelles, suivre ces terrasses et ces toits plus clairs. 

« C’est donc l’Être muet qui lui-même en vient à manifester son propre sens » Merleau-Ponty 

 

Rendez-vous à Tanger : allez-y voir, si vous ne me croyez pas. 

 

Octobre 2010 Alain Truel 

 

  

« Tanger : esprit des lieux »

  

Jean-Pierre Loubat est un photographe des lieux, il scrute les architectures, les pierres, les objets comme s’il s’agissait de personnes dotés d’une âme et qui n’auraient de cesse de nous interroger sur notre identité. 

 La série photographique qu’il a réalisée à Tanger s’inscrit dans la continuité d’une  précédente série : exploration minutieuse des lieux qui avaient inspiré Marcel Proust pour écrite son roman «  A la recherche du Temps perdu » .

 La démarche du photographe, ici concentrée sur une unique ville, est identique : saisir son âme, sa densité, l’intensité émotive qu’elle nous procure.

 Pour découvrir Tanger il faut y déambuler patiemment, la parcourir en tous sens aux différentes heures du jour et de la nuit, aller au-delà de l’exotisme, des clichés éculés  qu’elle véhicule.

C’est dans cet esprit que le photographe est parti à sa rencontre. Il nous révèle alors la poésie et la photogénie d’une ville rendue à ses chimères, suspendue dans un temps et dans un espace intérieur. 

 Sa vision d’une cité presque déserte laisse apparaître la pulsation intime de Tanger. Les devantures sont baissées, les ombres s’étirent dans une atmosphère de fin de journée, les cimetières sont envahis par les herbes, les draps flottent  au vent comme des fantômes. Le temps semble s’être figé, comme les silhouettes de pierre au fronton du théâtre Cervantès.

  

Martine Guillerm 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article